Auto-entrepreneur, un statut convoité

En juin dernier les résultats de l’Observatoire mené par Opinion Way, ont été dévoilés par l’Union des Auto-entrepreneurs.

Quels sont les profils de ces indépendants? Quelles sont leurs attentes ? Pourquoi le statut d’auto entrepreneur est-il si convoité ?

Éléments de réponse.

Aujourd’hui, 2,8 millions de travailleurs indépendants sont enregistrés en France, dont 1,1 millions sont des auto-entrepreneurs, 45% d’entre eux sont des femmes, 66% n’ont pas d’autre activité et 47% ont plus de 50 ans.

Plusieurs raisons motivent le choix de ce statut :

–       Gain de liberté  en comparaison avec le statut de salarié (48 %)

–       Remédier au chômage (25 %)

–       Compléter une activité salariée (6%)

Les indépendants sont également en quête de couverture sociale. À ce sujet, l’observatoire révèle que 51% d’entre eux se disent prêts, en cas de perte d’activité, à contribuer par une cotisation supplémentaire de 2 à 4%, au financement d’un dispositif de couverture sociale. Parallèlement, 66% souhaitent voir disparaître le régime social des indépendants (RSI), 34% veulent au même titre que les salariés bénéficier des systèmes de retraite et de protection sociale et 21% sont favorables à une allocation perte d’activité.

Si beaucoup de porteurs de projets optent pour le statut d’auto-entrepreneur, ce dernier fait souvent débat et par conséquent présente encore quelques manques qui influencent la stabilité des travailleurs. Néanmoins, pour pallier cela, il existe une solution alternative : le portage salarial.

Le portage salarial est une nouvelle forme d’emploi, un croisement entre le statut d’indépendant et de salarié. Ainsi, un auto-entrepreneur qui choisit d’être porté, peut garder sa liberté tout en bénéficiant de la sécurité du salariat (assurance chômage, cotisation retraite, prévoyance, mutuelle, etc.)

Une alternative qui présente de nombreux avantages. Le travailleur porté est en effet déchargé des aspects administratifs, juridiques, sociaux et comptables car pris en charge par la société de portage. En outre, le portage salarial permet aux professionnels de pouvoir s’auto-rembourser leurs frais de prospection commerciale.

Contrairement à l’auto-entrepreneuriat le portage est plus restrictif car les activités artisanales, de services à la personne ou les professions réglementées en sont exclues. Toutefois, la réforme du travail étant au cœur de l’actualité, les conditions d’exercice des indépendants seront naturellement amenées à évoluer rapidement.

En somme, choisir le portage salarial c’est opter pour la sécurité du salariat et la liberté du travail indépendant !

  • Le 9 août 2017